31 juillet 2019 0 Commentaire

#6 – AU BOULOT

#6 Au boulot

***

Brève description physique de Mathieu :

29 ans, 1m75, yeux marron, célibataire, un chouïa sportif, cheveux châtains, toujours de bonne volonté. Environ 18/19 cm.

***

 

Comme je l’ai indiqué précédemment dans mes écrits, Mathieu et moi sommes collègues et devenus amis par la suite avec nos deux autres confrères Justine et Gaël. Il arrive fréquemment que Math et moi couchions ensemble depuis cette fameuse soirée d’anniversaire chez Gaël. Il nous arrive également, d’assouvir notre appétit sexuel au boulot…

Il me faut absolument terminer le projet que je dois présenter le lendemain en début d’après-midi à mon cher boss et au client. Je décide donc de rester un peu plus tard au bureau quitte à faire livrer une pizza sur place. De toute façon, personne ne m’attend à l’appart à part mes petites boules de poils adorables : Kimono et Punker !

Je croise mon patron je lui signale que je reste plus tard ce soir pour terminer le dossier et donc de ne pas mettre l’alarme, que je m’en chargerai. Mathieu sort des toilettes, patiente quelques secondes que la conversion se termine avec Monsieur B. puis profite que je sois dos pour passer sa main discrètement sur mes fesses. Le boss parti, il me chuchote : «On se voit ce soir ?» je me retourne vers lui en répondant que je reste au taf pour terminer le dossier A.G.C. L’air déçu mais compréhensif, il me dit : «Pas grave, j’avais envie de passer un peu de temps avec toi mais je comprends que tu veuilles te débarrasser de cette saloperie. Tu m’envoies un texto pour me dire que tu es bien rentrée ok ?». Il me dépose un baiser volé sur mes lèvres puis, part fermer son ordinateur. Il se retourne et me sourit.

17h50 : Les bureaux se vident. La femme de ménage commence son service. Je lui demande gentiment si elle veut bien commencer exceptionnellement par le mien pour que je puisse me remettre la tête dans le travail. Ce qu’elle accepte cordialement. Je la remercie et lui souhaite une bonne soirée si nous nous recroisons pas.

18h05 : Je peux enfin m’atteler à ma tâche. Lorsque je relève la tête pour regarder l’heure, je m’aperçois qu’il est déjà 20h15. Mon estomac commence à réclamer du carburant alimentaire ! Je décroche le téléphone pour commander une quatre fromage avec complément chorizo et une bouteille de jus de fruits saveur tropical.

Mon portable vibre sur le bureau. Petit message de Mathieu : «Toujours au bureau ?», je lui réponds que oui et que j’attends une pizza. Il envoie en réponse : «J’arrive pour le dessert… A tout de suite ma petite collègue préférée». Il n’y a pas que mon estomac qui a faim…

La pizza arrive. Je déguste une première part tout en terminant mon dossier. Je commence à en voir le bout ! Deux ou trois bricoles à peaufiner le lendemain matin et tout sera bouclé. Je me resserre une part de pizz (j’ai faim bordel !). Je me dirige vers les toilettes, fais une petite vidange de vessie, me rafraîchis un peu le minou, me lave les mains puis m’avance vers la machine à café. Je choisis un cappuccino chocolat et retourne à mon bureau. Je consulte rapidement mes mails puis qui vois-je arriver ? Mathieu. Il ferme la porte la clé, retire son blouson et s’approche vers moi. Il me lève de ma chaise, me prend dans ses bras, m’embrasse et me dit : «J’espère que tu as gardé une place pour le dessert…» je lui souris, et réponds : «Pour ce genre de dessert, chouchou, j’ai toujours de l’appétit…».

Il commence à me déshabiller en soulevant mon pull pour le retirer, dégrafe mon soutien-gorge, m’embrasse dans le cou, léchouille mon lob d’oreille, ses mains viennent s’amuser avec mes seins. Il continue d’enlever mes vêtements : fait glisser mon pantalon sur les chevilles, puis me retourne m’étalant sur le bureau. Il écarte mes jambes à l’aide de son pied, caresse mes fesses, les lèche, il retire ses habits, je sens contre moi la bosse de son membre durci qui vient s’appuyer contre mon cul. Sa main droite visite sous ma culotte en dentelle ma petite chatte qui s’humidifie au fur et à mesure qu’il me touche. Il retire la barrière de tissu, je me tourne vers lui, et dis d’un ton plutôt directif : «Broute-moi». Il entreprend alors des mouvements circulaires avec le bout de sa langue juste sur le dessus de ma cramouille, ce qui a tendance à vraiment m’exciter, introduit un doigt délicatement en moi, et finit par insérer sa langue entière le long de ma chatte. Il me lèche encore et encore, puis encore et encore, je pose mes fesses sur le rebord du bureau, passent mes jambes sur ses épaules, écarte ma mouillette avec mes mains ce qui lui donne une pleine vue sur ma caverne alléchante et à lécher encore un peu… Il sait si bien se servir de ce précieux organe buccal.

Je le regarde se branler. C’est si excitant de mater un mec faire joujou avec son chibre. Moi, j’adore ça. Je descends mes jambes et pose mes pieds sur ses cuisses. Ils prennent le relais de sa veuve joyeuse. Je continue la branlette délicatement. Son sexe se faufile entre les creux de mes pieds puis je lui demande de se relever. Ce qu’il fait. Mes mains le masturbent à tour de rôle, tout en secouant l’engin, je me baisse pour enfourner sa jolie asperge dans ma bouche. Je le pompe violemment. Je sais qu’il adore ça le cochon. Ma main tripote ses couilles. Je tire sommairement dessus, comme si je sonnais les cloches. Ma langue fait le tour de son gland, remonte le long de son ventre, s’attarde autour de son nombril, remonte encore, léchouille ses tétons, remonte encore, traverse son cou, pour venir enfin lui mordiller la lèvre inférieure avant de l’embrasser langoureusement.

Il m’attrape dans ses bras, me colle sur le bureau et m’enfile sans se faire attendre. Ses coups de hanches sont intenses et divins. Je le laisse continuer encore un peu puis lui balance : «Bébé, bourre-moi le cul s’il-te-plait». Il introduit sans difficulté sa queue dans l’orifice, la sensation qu’elle me procure est juste délicieuse. Il me lime, j’adore ça. Me lime encore, et encore, et encore, je gémis de plaisir. Ce mec sait me faire jouir. Je prends par derrière ses couilles en main, il continue sa balade dans le chemin terreux. Je me doigte, je joue avec mon clito, je lui demande de me pénétrer au plus profond de mon trou abyssal ; l’orgasme arrive. Un putain de double orgasme. Je jouis. Des hurlements de plaisir s’échappent du fond de ma gorge. Il s’abandonne à son tour au fond du trou. Je sens son sperme tout chaud m’envahir.

C’est décidément trop bon. Mathieu se serre contre moi, me serre fort. Très fort. Il s’assoit dans mon fauteuil, je le suis et me blottis contre lui.

23h09. Rhabillés, décoiffés, bureau rangé, on éteint tout, enclenche l’alarme, et ferme la boutique. On parcourt le chemin ensemble jusqu’aux voitures main dans la main. Je lui demande s’il veut venir passer la nuit à la maison. Ce qu’il accepte sans chipoter. Sans blague… comment pouvoir refuser une nuit dans les draps de sa belle brune de collègue préférée! Nous faisons un détour par chez lui afin qu’il prenne quelques affaires pour le lendemain. On ne s’attarde pas. Direction l’appart. Une fois rentrés, je me déshabille en semant mes fringues par ci, par là et vais directement dans la salle de bain, prendre une douche. Sortie de la pièce, Mathieu me demande s’il peut en faire autant. «Bien entendu. Les serviettes se trouvent dans le meuble à coté de la douche. Fais comme chez toi» lui dis-je. Pendant ce temps, je sors sur le balcon et me grille une clope. Une fois fumée, je rentre discrètement dans la salle d’eau, reluque quelques instants ses jolies fesses, avant d’aller me brosser les dents. Il se retourne vers moi, son regard est si transperçant… tout en terminant mon brossage de dents, je lui lance de nouveau un regard l’invitant à se dépêcher de venir s’occuper de moi une nouvelle fois.

Nous avons baisé une bonne partie de la nuit. Plus nous baisons, plus c’est bon.

***

Laisser un commentaire

Ohlafemmefontaine |
Pacoejuanita |
Photoscokine |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Smoking2atonce
| Ufortube
| Exibtvcom